IBOS actuelle et passée

IBOS actuelle….

Le territoire de la commune d’Ibos est situé dans la Bigorre sur la plaine de l’Adour, rive gauche. Il s’étend également sur le revers et le plateau de Ger à l’ouest. Sa superficie est vaste avec 3 288 hectares.

Le bourg ancien est installé sur les rives du Mardaing (affluent droit du Souy dans le bassin versant de l’Adour), peu éloigné du pied du plateau.

La forêt occupe une superficie de 792 hectares, soit 24 % du territoire de la commune dont le bois du Commandeur, propriété communale depuis 1370, abrite de nombreux sangliers et chevreuils.

La Collégiale d’Ibos, emblème du village, ainsi dénommée parce qu’aucun évêque n’y a jamais eu son siège, était occupée par un collège de chanoines. Elle  fut classée monument historique en 1862, avant la cathédrale de Tarbes. Les boiseries du chœur, stalles et sièges de célébrant, ainsi que les fonts baptismaux (qui sont l’ancien bénitier à la très belle cuve et au pied galbé sculpté en marbre rouge et vert de Campan) et la statue de Saint-Laurent ont été classés monuments historiques en 1977. La Collégiale fait, depuis, l’objet de travaux importants et réguliers de maintenance.

Aujourd’hui, Ibos compte 3050 habitants. Le village s’est développé tout en conservant sa spécificité de village de caractère grâce aux efforts conjugués de ses habitants, de ses élus municipaux et de l’architecte des bâtiments de France qui veille au respect des principes architecturaux propres à ce village. Ibos continue de profiter de sa situation privilégiée et a vu se développer, au cours des dernières décennies, 2 zones d’activités  :

  • Parc des Pyrénées : Occitanie Zone Economique (Euro Campus Pyrénées)
  • Parc d’activités de Maye Lane : Zone d’Activités Economiques

auxquels on peut ajouter la zone  « Le Méridien », pôle commercial majeur de l’agglomération.

  1. Mairie
  2. Ecole maternelle
  3. Ecole de la Passerelle
  4. Ecole des filles
  5. Salle Pierre Comet
  6. Salle de la Bianave
  7. Centre de loisirs
  8. Médecins
  9. Bibliothèque

D’autres informations pratiques en page Services de ce site

…IBOS passée

D’une superficie de 3 288 ha, soit deux fois plus que celle de Tarbes, Ibos fut la 6ème ville de Bigorre au Moyen-Age après Tarbes, Bagnères, Lourdes, Vic et Rabastens. Ibos reçut sa charte d’affranchissement à la fin du XIIème siècle et a toujours tiré parti de sa position de ville frontière proche du Béarn, faisant confirmer ou agrandir ses privilèges, soit par les Comtes de Bigorre, soit par les rois de France, ou bien par les Rois d’Angleterre selon les péripéties mouvementées de la guerre de Cent Ans. Ibos qui comptait 254 feux en 1313, en compte 1 660 à la veille de la révolution.
La riche architecture bigourdane du village et l’importante Collégiale témoignent d’un passé florissant où le commerce, l’agriculture et la forêt ont joué le plus grand rôle.

Découvrir l’histoire d’Ibos

Blasonnement 

Écartelé : au premier et au quatrième d’azur à la lettre I capitale d’or, au deuxième et au troisième de gueules à la lettre I capitale d’or ; à la croix d’or brochant sur l’écartelé.

Le blason de la ville

Il comporte une croix cantonnée de quatre « i », la croix faisant allusion à la Collégiale. Ses couleurs furent définies au XIe et XIIe siècles. Le rouge est la couleur des comtes de Bigorre et l’azur est celle du royaume de France. L’écu est encadré par deux branches de feuillage, l’une fruitée, l’autre non.